LUTTE CONTRE LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE


LA FORET, « L’INDISPENSABLE PUITS DE CARBONE » EST-ELLE DELAISSEE EN FRANCE ?

L’assemblée nationale a rejeté le Jeudi 08 Avril 2021 L’amendement N°7123 visant à inscrire dans le code forestier les objectifs de conservation, voire de renforcement du puits de carbone forestier ; indispensable pour l’atteinte des objectifs de neutralité carbone pour la France à l’horizon 2050.

Le code forestier français est un recueil de textes réglementaires et législatifs concernant

 la protection et la gestion des forêts en France, notamment des forêts publiques relevant

du régime forestier. 

I-Que préconisait L’amendement N°7123 ?

II-Un contre-courant de la restauration et la préservation des écosystèmes ?

III-Quel rôle joue la forêt/ l’arbre dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre ?

IV-Recommandations

I – Que préconisait L’amendement N°7123 ?

Modification du chapitre Ier du titre II du livre Ier du code forestier dans l’optique de :

  • Conserver et renforcer le puits de carbone forestier

1° Après l’article L. 121‑1, il aurait été inséré un article L. 121‑1‑1 ainsi rédigé :

« Art. L. 121‑1‑1. – Pour répondre à l’urgence écologique et climatique et atteindre les objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2050 énoncé à l’article L. 100‑4 du code de l’énergie, la politique forestière nationale a pour objectif de conserver et, le cas échéant, de renforcer le puits de carbone forestier conformément aux dispositions de l’article 5 de l’accord de Paris adopté le 12 décembre 2015, signé par la France à New York le 22 avril 2016, et du d du 1 de l’article 4 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, conclue à New York le 9 mai 1992 et signée par la France le 13 juin 1992. » ;

  • Veiller au respect des fonctions écologiques, sociales et économiques des forêts

2° Le premier alinéa de l’article L. 121‑2‑2 aurait été complété par deux phrases ainsi rédigées : « Les objectifs de ce programme permettent la conservation, voire le renforcement, du puits de carbone forestier en veillant au respect des fonctions écologiques, sociales et économiques des forêts. Ces objectifs prévoient de plafonner le niveau de prélèvement global à celui de l’année 2019 en veillant à la répartition équilibrée des prélèvements entre les territoires ainsi qu’entre les différents types et statuts de bois et de forêts »[1].

II – Un contre-courant de la restauration et la préservation des écosystèmes ?

La restauration et la préservation des écosystèmes est le grand défi de cette décennie.

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la Décennie des Nations Unies à la suite d’une proposition d’action émanant de plus de 70 pays de toutes les latitudes.

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est un appel lancé à tous les pays du monde à s’unir pour protéger et restaurer les écosystèmes dans l’intérêt de la nature et des êtres humains. Elle vise à mettre un terme à la dégradation des écosystèmes et à les restaurer afin d’atteindre les objectifs mondiaux. Ce n’est qu’avec des écosystèmes sains que nous pourrons améliorer les conditions de vie des populations, lutter contre les changements climatiques et mettre fin à la perte de biodiversité.

La Décennie des Nations Unies se déroulera de 2021 à 2030, date cible d’atteinte des objectifs de développement durable et dernière chance, selon les scientifiques, d’éviter des changements climatiques catastrophiques[2].

III – Quel rôle joue la forêt/ l’arbre dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre ?

Tant que l’arbre grossit en volume et prend de la hauteur il prélève du gaz carbonique.

Le gaz carbonique, en excès dans l’atmosphère, augmente l’effet de serre et dérègle le climat.

Grâce à la chlorophylle et à l’énergie solaire, les feuilles transforment l’eau et le gaz carbonique en bois. Un mètre cube de bois stocke ainsi environ une tonne de gaz carbonique. Les racines et la litière des feuilles qui se transforment en humus sont aussi élaborées à partir du gaz carbonique et le fixent[3].

IV – Recommandations

La lutte contre le dérèglement climatique se fera par le biais de l’atteinte des objectifs de neutralité carbone pour la France à l’horizon 2050.

La préservation ou le renforcement des forêts sera la voie indiscutable par le biais du boisement ou du reboisement.

Quand Boiser ?

  • Le boisement ou afforestation, consiste à planter des arbres sur une surface depuis très longtemps restée dépourvue d’arbres, voire n’ayant jamais été boisée.

Il faut y mettre les plants adaptés pour le type de terre.

Quand reboiser ?

  • Le reboisement consiste à créer des zones boisées ou des forêts qui ont été supprimées par coupe rase ou détruites par différentes causes dans le passé.

En tout état de cause, les forêts seront les incontournables pour la lutte contre le dérèglement climatique.


[1] -https://eliasse.assemblee-nationale.fr/eliasse/index.html

[2] -https://www.decadeonrestoration.org/fr/propos-de-la-decennie-des-nations-unies

[3] -Sabine Ndzengue Amoa, CHANGEMENTS CLIMATIQUES : LEUR IMPACT SUR LA PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ D’AFRIQUE CENTRALE.

Cas particulier du Cameroun : l’Afrique en miniature ; L’Harmattan, Décembre 2020.

Par SABINE NDZENGUE AMOA