Les coléoptères: de fascinants insectes qui doivent faire face à la présence de l’homme

Publié le 15 décembre 2020

Le nom des coléoptères est issu du grec κολεός « fourreau » et πτερόν « aile ».

Caractéristiques des coléoptères

Les coléoptères possèdent quatre caractéristiques communes.

  • Les coléoptères sont tous pourvus d’élytres, qui sont leurs ailes antérieures épaisses. Elles protègent efficacement leur abdomen des agressions extérieures.
  • Les coléoptères sont munis d’ailes postérieures, qu’ils replient au repos afin de se détendre.
  • Ils disposent également de mâchoires puissantes, capables de broyer de nombreux aliments.
  • Ces insectes effectuent une métamorphose complète, à la différence de leurs congénères. Ils naissent sous la forme d’un œuf. Ils deviennent ensuite une petite larve, puis une nymphe, avant d’atteindre l’âge adulte. Ces quatre phases de leur vie sont très régulières chez les coléoptères 1.

Essentiellement terrestres, ils vivent sous presque tous les climats et ont colonisé tous les biotopes continentaux, terrestres et d’eau douce, à l’exception de l’Antarctique 2.

Ces insectes partagent ainsi le même milieu de vie que l’homme.

L’apport des coléoptères au développement durable

La forte capacité d’adaptation des coléoptères leur permet de vivre aisément dans des zones urbanisées et artificielles. Coccinelles, scarabées cohabitent régulièrement avec nous sur nos terrasses, portes-fenêtres, jardins. De prime abord envahissants, ils sont pourtant une alternative naturelle aux pesticides chimiques utilisés pour protéger nos potagers. En effet, les coccinelles détruisent les chenilles et les pucerons, qui dévorent nos potagers et nos légumes.

Riches en protéines et faibles en matière grasse, ces insectes font partie des délices de la cuisine asiatique, notamment pendant la saison de la mousson.

Sollicités par l’Homme dans l’alimentaire, les coléoptères voient également leurs différents milieux de vie (air, eau, terre) être considérablement pollués par celui-ci. Leur capacité d’adaptation sera-t-elle suffisante pour faire face à la présence de l’homme?

Références:

1https://www.insectescomestibles.fr/content/

2-R. A. Crowson, The Biology of the Coleoptera, Academic Press, 2013, p. 6302

Par Sabine Ndzengue Amoa