L’eau, une ressource ‘‘précieuse’’au cœur du développement durable

Publié le 9 janvier 2021

Depuis quelques décennies, l’ONU (Organisation des Nations Unies) célèbre tous les 22 Mars la Journée mondiale de l’eau.

L’objectif est d’attirer l’attention des décideurs; mais également de la population mondiale tout entière.

Il faut encourager non seulement la prise des mesures; mais aussi le changement des comportementsà l’échelle mondiale.

L’eau coule des robinets sans aucun souci dans de nombreux pays occidentaux. Une certaine partie de la population adore se prélasser dans des bains au lieu de se contenter des douches. Cette ressource n’est pas inépuisable et demeure une denrée rare à préserver. De l’autre côté du globe terrestre, la situation est très critique. En effet, Chaque année, plus de 842 000 personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire meurent à cause du manque d’eau, d’assainissement et d’hygiène, soit 58% du total des décès par diarrhée1 .

Photo ONU

Avec une population mondiale de plus en plus croissante, elle devient un instrument incontournable de l’adaptation aux changements climatiques. Les chiffres liés à l’eau à travers le monde sont terrifiants:

  • 2,2 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’eau potable gérés de manièresûre
  • 4,2 milliards de personnes manquent de services d’assainissement gérés de manière sûre
  • 297 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies diarrhéiques
  • Le stress hydrique affecte 2 milliards de personnes et ce chiffre risque d’augmenter.
  • Les inondations, les sécheresses et les tempêtes ont été à l’origine de près de 90% des catastrophes naturelles.
  • Environ 80 % des eaux usées dans le monde sont rejetées dans l’environnement sans traitement.
  • L’agriculture représente près de 70 % des prélèvements d’eau.
  • Environ 75 % de l’ensemble des prélèvements d’eau à usage industriel sont destinés à la production énergétique

Sources : UNICEF, Organisation mondiale de la Santé (OMS), UNESCO et Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO)1.

La prise de conscience de l’importance de l’eau potable pour la vie humaine n’est pas nouvelle. La Convention sur la protection et l’utilisation des cours d’eau transfrontières et des lacs internationaux a été signée à Helsinki le 17 mars 1992. Son objectif est de garantir une utilisation rationnelle des ressources en eau dans la perspective du développement durable1.

Elle apporte une réponse à la problématique de l’accès à l’eau potable en 3 piliers:

➢PILIER 1: Prévention, maîtrise et réduction de l’impact transfrontièreLes Parties doiventprendre des mesures pour prévenir, maîtriser et réduiretout impact transfrontière sur l’environnement, la santé et la sécurité humaines etla situation socioéconomique.

➢PILIER 2: Garantir un usage raisonnable et équitable. Les Parties doivent veiller à ce qu’il soit fait un usage raisonnable et équitable deseaux transfrontières. L’utilisation d’un cours d’eau peut être considérée commeraisonnable et équitable selon les caractéristiques propres du bassin, les populationstributaires de ses eaux, les utilisations existantes et possibles et leurs conséquences,l’existence d’autres utilisations et d’autres facteurs. En tout état de cause, l’utilisation de l’eau doit être durable, c’est à dire tenir compte des besoins des générations futures.

➢PILIER 3: Coopérer au moyen d’accords et par l’intermédiaire d’organes communs.Pour que les deux précédentes obligations prennent corps, la Conventiondemande aux Parties de conclure desaccords transfrontières et de créer desorganes communs aux fins de la coopération en matière de gestion et de protection de leurs eaux transfrontières. Elle encourage la coopération à l’échelle du bassin fluvial.

La Convention sur l’eau appuie la mise en œuvre et le suivi des initiatives visantà concrétiser les objectifs de développement durable, et en particulier de la cible 6.5 : « D’ici à 2030, assurer la gestion intégrée des ressources en eau à tous les niveaux, y compris au moyen de la coopération transfrontière selon qu’il convient »3. Puisse la prise de conscience de l’importance de l’eau devenir planétaire! Le développement desservices d’assainissement doit être la priorité des Etats et Gouvernements du Sud afin de permettre l’accès à l’eau potable à leur population. Une adoption de gestes responsables de la part de tous; ainsi qu’un changement de comportement dans l’optique du développement durable seront des gages certains d’une eau toujours potable pour le plus grand nombre!

Par Sabine Ndzengue Amoa – Janvier 2021

1 https://www.un.org/fr/sections/issues-depth/water/index.html

2 La convention sur l’eau : répondre aux défis mondiaux de l’eau. UNECE. Septembre 2018. www.unece.org