Le PCV – Polychlorure de vinyle: Un véritable pollueur ?

Publié le 1 juillet 2021

Il est omniprésent dans notre vie : Qu’il s’agisse de l’industrie alimentaire ou médicale.

On le retrouve également dans les Cartes bancaires, les portes-fenêtres ; autour de nos fenêtres, sur nos portes de garages, nos volets ou nos gouttières.

Rares sont les objets de notre quotidien qui ne sont pas constitués du PCV.

Ce plastique qui a envahi tout notre environnement est -il un si gros pollueur ?

I-Le PCV -Polychlorure de vinyle: Qu’est-ce ?

Il s’agit d’une matière plastique qui a pour formule moléculaire : (C2H3Cl)n1.

Le Polychlorure de vinyle est un polymère (Une molécule de masse moléculaire élevée généralement organique ou semi-organique) thermoplastique que l’on obtient par polymérisation du chlorure de vinyle.

*Une molécule est un ensemble d’ atomes (au moins deux) identiques ou non, unis les uns aux autres par le biais de liaisons chimiques. L’atome est lui-même la plus petite partie d’un corps simple pouvant se combiner chimiquement avec un autre.

Cette matière plastique se compose de :

  • 57 % de sel ;
  • 43 % de dérivés du pétrole, des résidus issus de la transformation du pétrole brut en carburant2.
Types de PCVDans quels objets se retrouve-t’il ?
PCV rigideTuyaux de canalisation
PCV plastifiéFilms adhésifs ou de films étirables
PCV soupleSert par exemple à recouvrir certains objets comme les manches de petit outillage.
Types de PCV

II- Quelle est la pollution engendrée sur l’environnement en amont ( au cours de sa fabrication) ?

La polymérisation du CVM ( chlorure de vinyle monomère) peut être réalisée selon trois procédés :

  • En suspension dans l’eau (91 %) : donne des produits transparents avec une faible absorption d’eau. La température de réaction est de 40 à 60°C, le volume des autoclaves de 80 à 150 m3, la durée d’un cycle de l’ordre de 8 heures. Les particules de PVC ont un diamètre de 50 à 200 µm. La polymérisation est initiée par exemple par du peroxyde de dioctanoyl (C16H30O4) et du dicetyl peroxydicarbonate (C34H66O6). Après dégazage, pour éliminer le CVM qui est recyclé, centrifugation pour extraire l’eau, séchage dans l’air chaud, tamisage, les particules de PCV ont un diamètre compris entre 120 et 150 µm.
  • En émulsion dans l’eau (7 %) : donne des produits non transparents, faciles à mettre en œuvre et ayant tendance à absorber l’eau. Les particules de PCV, lors de leur formation ont des diamètres de 0,2 µm et après séchage, atteignent 10 µm.
  • En masse (2 %) : le PCV est alors exempt d’adjuvant ce qui permet d’obtenir des produits encore plus transparents et brillants3.

Au Canada, Le CV (chlorure de vinyle ) a été jugé cancérogène pour les humains et ce, sans niveau acceptable d’exposition (cancérogène sans seuil). Les émissions atmosphériques de provenant des usines de CV avaient été identifiées comme une source d’exposition potentielle pour la population. Par conséquent, le CV avait été ajouté à la liste des substances toxiques de l’annexe 1 de la Loi Canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)].

Le Règlement de 1992 sur le rejet de chlorure de vinyle (RRCV) fut promulgué pour gérer les émissions atmosphériques de provenant de la fabrication de CV et des usines de fabrications du CV. Il a servi pour contrôler les rejets de provenant de six usines de et de qui étaient en opération au Canada durant les années 1990.

Depuis ce temps, la production de CV a constamment diminué au fil des ans au Canada, et la production de CV a cessé. Une seule usine qui produit du restait assujettie au règlement fédéral . Cette usine, située en Ontario, est présentement assujettie au règlement provincial intitulé « Ontario Regulation 419/05 (Air Pollution – Local Air Quality« (anglais seulement) du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique de l’Ontario.  Ce règlement établi des normes de concentration de dans l’air ambiant plus sévères que le règlement fédéral, protégeant ainsi la santé humaine. Par conséquent, le Gouvernement du Canada a abroger le afin d’éliminer le chevauchement des règlements fédéraux et provinciaux et de réduire le fardeau administratif ainsi que les démarches relatives à la vérification de la conformité dans le secteur de la fabrication de CV, et ce, sans engendrer de risques pour la santé humaine.

Le Règlement abrogeant le Règlement de 1992 sur le rejet de chlorure de vinyle a été publié dans la Partie II de la Gazette du Canada le 1 juin 2016. Cette abrogation est en vigueur depuis le 13 mai 2016.

Numéro d’enregistrement CAS (Chemical Abstract Service) :75-01-44.

III- Quelle est la pollution engendrée en aval ( en fin de vie – au cours du recyclage) ?

Le projet Vinyl2012 a permis la mise en place du recyclage du PVC en France.

Le PCV usé est alors plongé dans un solvant et filtré par la suite.

Le PCV libère alors au contact de la chaleur, des toxines nocives présentes dans les nombreux additifs nécessaires à sa stabilisation. Ces toxines se propagent dans l’atmosphère, c’est ce que l’on appelle le COV (Composé Organique Volatil).

Le COV ou Composé Organique Volatil est composé de carbone, d’oxygène, d’hydrogène, d’halogène et de soufre. Il se transforme en gaz une fois dans l’atmosphère et certains COV présentent des risques pour la santé et l’environnement. L’un des risques majeurs à l’origine du COV est le réchauffement planétaire5.

IV – Conclusion

Les matériaux en « vinylgue »- fabriqués à base d’algues se désagrègent au bout de quelques jours ou de quelques mois. Ils ne sont pas adaptés pour l’usage au quotidien – dans les Cartes bancaires, portes-fenêtres ; autour de nos fenêtres, sur nos portes de garages, nos volets ou nos gouttières.

Le chlorure de vinyle s’infiltre dans l’air et dans l’eau. Le risque accru de tumeurs mammaires (ASTDR, 1996 ) s’observe chez les animaux qui ont été exposés à long terme à de faibles taux de chlorure de vinyle dans l’air. Des risques existent également pour l’Homme.

Le chlorure de vinyle est un produit de la dégradation microbienne du trichloroéthylène dans les eaux souterraines, et peut donc être trouvées dans les eaux souterraines affectées par la contamination du trichloréthylène6.

Le polychlorure de Vinyle pollue l’environnement en amont – au moment de la fabrication. La pollution continue également en aval – en fin de vie avec un risque élevé de réchauffement planétaire.

Quelles alternatives à ces matières plastiques qui contiennent du polychlorure de vinyle (PVC) ?

1-https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/p-v-c/

2-https://www.futura-sciences.com/maison/definitions/batiment-pvc-10875/

3-https://lelementarium.fr/product/pvc/

4-https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/gestion-substances-toxiques/liste-loi-canadienne-protection-environnement/chlorure-vinyle.html

5-https://www.econology.fr/le-blog/pvc-dangereux-sante-environnement

6-https://www.dangereux.fr/chlorure_de_vinyle_utilisation_toxicite_sante_et_environnement.html

NDZENGUE AMOA SABINE