La consigne des bouteilles: panacée pour la protection de l’environnement?

Publié le 6 janvier 2021

Compte rendu de la conférence sur la consigne des bouteilles du 06 Janvier 2021de 14 heures à 15 heures.

Sabine Ndzengue Amoa, Présidente de l’association ASPROBIO AGM, juriste spécialisée en droit de l’environnement entre autres, membre de la CMDE (Commission mondiale du droit de l’environnement) de l’UICN a présenté une conférence dont le thème pourrait se résumer ainsi :

Dans le contexte du réchauffement climatique et de l’impérieuse nécessité de limiter l’émission des gaz à effet de serre, la consigne des bouteilles est plébiscitée par de nombreuses associations, et de nombreux citoyens.
Joue-t-elle un rôle pour la protection de l’environnement? Pour la réduction des gaz à effet de serre?

La conférencière a abordé plusieurs points :

  • Le contexte du réchauffement climatique mondial actuel;
  • la définition de la notion de consigne;
  • les défis que pose la consigne des bouteilles.

Le contexte du réchauffement climatique mondial actuel

La conférence a débuté par l’examen des principaux gaz qui contribuent à l’effet de serre.
Le réchauffement climatique est engendré par 3 principaux gaz: le méthane (CH4); le dioxyde de carbone (Co2), le protoxyde d’azote (N2O).
Le méthane reste un peu plus de 20 ans dans l’atmosphère, le Co2 peut demeurer dans l’atmosphère jusqu’à 100 ans.
25 fois plus « réchauffant » que le méthane et 300 fois plus le C02 ! La durée de viedu protoxyde d’azote dans l’atmosphère est également la plus longue des trois. Elle est de 120 ans en moyenne contre 100 ans pour le C02 et 20ans pour le méthane.2

La définition de la notion de consigne

La consigne consiste à faire payer à une personne, en même temps que son achat, une petite somme supplémentaire. La personne récupère cette somme, lorsqu’elle ramène son contenant vide. L’objectif de la mise en place d’une consigne est d’inciter l’acheteur à ramener son contenant afin de faciliter son réemploi, sa réutilisation ou son recyclage.

Les emballages consignés permettent de réemployer plusieurs fois les emballages et d’allonger leur durée de vie. Ainsi, on réduit les déchets qui en sont issus et les impacts environnementaux.

Les défis que pose la consigne des bouteilles

Sabine Ndzengue Amoa a expliqué que: le réemploi ou la réutilisation des bocaux nécessite uniquement un bon nettoyage des anciens contenants afin de les rendre de nouveau utilisables. Sabine Ndzengue Amoa souligne qu’il n’y a pas d’impact sur l’environnement à utiliser à plusieurs reprises les mêmes contenants. Quant au recyclage; il est un ensemble des techniques ayant pour objectif de récupérer des déchets et de les réintroduire dans le cycle de production dont ils sont issus. Le recyclage permet d’éviter le gaspillage de ressources naturelles et d’énergie, de sécuriser l’approvisionnement de l’industrie en matières premières, de diminuer ses impacts environnementaux.

➢ Le cas des emballages en PET (Polyéthylène Téréphtalate)

Les 9 grandes étapes du recyclage des emballages en PET sont:

  • Etape 1 : la collecte du PET
  • Etape 2 : Le centre de tri
  • Etape 3 : le broyage en paillettes
  • Etape 4 : la séparation des bouchons et des étiquettes
  • Etape 5 : le dernier tri optique
  • Etape 6 : L’extrusion du PET
  • Etape 7 : la purification des granulés
  • Etape 8 : les granulés PET
  • Etape 9 : Les nouveaux produits en PET

➢Le cas des emballages en verre

D’un point de vue écologique, le recyclage du verre réduit le CO2, économise les matières premières et l’énergie. Pour la production du verre, les matières premières vierges peuvent être remplacées par du verre recyclé (ou calcin). Ainsi, on parvient à une réduction notable de CO2 pour différentes raisons :

  • Il faut moins d’énergie pour faire fondre du verre recyclé que pour faire fondre des matières premières et les transformer en verre
  • L’énergie et les émissions de CO2 issues de l’extraction et du transport de matières premières sont économisées(1 kg de calcin utilisé remplace 1,2 kg de matières premières vierges).
  • Recycler le verre réduit aussi la pollution associée de l’air de 20 % et la pollution de l’eau de 50 %.
  • Le coût carbone du transport du calcin est, en moyenne, moins élevé que celui du transport des matières premières.

L’incorporation d’une Matière Première de Recyclage (MPR) vierge permet :une moindre consommation d’énergie, d’eau ;une moindre émission de CO2.

Le recyclage permet ainsi de réduire l’émission des gaz à effet de serre.

Devons-nous conclure que la consigne des bouteilles est la panacée pour la protection de l’environnement?

En conclusion, Sabine Ndzengue Amoa préconise que: le recyclage des bouteilles et bocaux doit se faire «uniquement» lorsqu’ils sont devenus «inutilisables». Cela ne doit pas être un automatisme.

Le réemploi ou la réutilisation des bouteilles consignées doit primer.

La consigne des bouteilles et bocaux utilisée à bon escient est une solution pour la sauvegarde de l’environnement eu égard à la réduction des gaz à effet de serre, notamment le dioxyde de carbone.

La limitation des émissions des gaz à effet de serre via la consigne des bouteilles fait d’elle une des solutions majeures pour la protection et la sauvegarde de notre environnement.